British ConnectionInterviews

Coffee & Kink: Entretien avec une blogueuse de sexe britannique

Coffee and Kink

J’ai contacté la charmante Amy Norton (elle) pour lui demander ce qu’elle pensait du sexe et des attitudes locales dans la région où elle vit (une petite ville d’Angleterre). Amy dirige le site Web Coffee and Kink. Elle écrit depuis un certain temps, mais son blog actuel a commencé en 2016, lorsqu’elle a remarqué que son écriture sur un site Web appelé Fetlife se faisait remarquer.

Amy est une excellente voix pour ce projet et elle a beaucoup réfléchi à toutes ses réponses. Comme moi, elle vient d’une petite ville de Grande-Bretagne. Je peux vraiment comprendre beaucoup de choses qu’elle décrit tout au long de son Q&A, alors j’espère que vous apprécierez la lecture!

Pour rappel, je demande à chaque personne qui s’implique dans ces Q&A de me donner sa perception unique du monde qui l’entoure. Alors, respectez le point de vue d’Amy! Ces questions ne sont pas des études sociologiques, c’est juste un petit jeu. Si je posais les mêmes questions à quelqu’un d’autre de la même communauté qu’Amy, j’aurais peut-être des réponses différentes. Cela n’a pas d’importance. C’est le Q&A d’Amy et l’opinion d’Amy. Cela étant dit, je passe la main à Amy!

1. Pourriez-vous vous décrire et décrire le sujet de votre blog?

Je suis une cisgenre / queer / bi / pans (je fluctue entre les étiquettes qui me conviennent), j’ai la trentaine, coquine et consensuellement non monogame. Je suis aussi une survivante *. J’écris sur le BDSM, le polyamour, le libertinage, la guérison des abus, les compétences relationnelles, les jouets sexuels et plus encore sur mon site, Coffee & Kink.

* Survivant = Cela signifie généralement un survivant d’abus.

2. Quel genre de personne étiez-vous dans votre enfance/adolescence ? Pensez-vous que certains signes vous prédisposaient à écrire sur le thème du sexe ?

Hahaha, oh mon Dieu non. J’étais assez pudique en tant qu’adolescent et très jeune adulte – je pense que j’avais peur de ma propre sexualité et je l’ai donc réprimée. Je me suis très doucement épanouie dans ma propre sexualité de la fin de mon adolescence au début de la vingtaine et j’ai fait une volte-face, devenue fascinée par tout ce qui concerne le sexe et les relations. À partir de là, je suppose que c’était assez inévitable que je finisse par écrire sur le sexe (je savais depuis l’âge de 14 ans que je serai un jour une écrivaine professionnelle).

3. Comment le fait d’être une blogueuse sexuelle affecte-t-il votre vie personnelle? Vos amis ou votre famille le savent-ils?

La grande majorité de mes amis le savent. En fait, certains de mes amis les plus proches sont des blogueurs sexuels, des éducateurs sexuels et des personnes que j’ai rencontrées dans cette communauté. Ma famille ne sait pas. C’était plus stressant de garder le secret quand j’étais encore employée dans un travail traditionnel, parce que j’avais peur d’être mise à l’écart et d’être licenciée! Maintenant, je travaille pour moi, c’est beaucoup plus facile. Je n’en parle pas à ma famille et il n’y a aucune raison qu’ils le découvrent un jour.

4. Si vous deviez décrire votre vie sexuelle en trois mots, quels seraient-ils?

Aventureuse. Non conventionnelle. Transcendante.

5. J’ai lu que vous étiez dans une relation polyamoureuse. Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans ce type de relation et comment a-t-elle commencé?

J’ai exploré le polyamour pour la première fois à l’âge de 18 ans. Je suis sorti avec mon petit ami de longue date en tant que bisexuelle, et il n’avait aucune problème à ce que je sorte avec des femmes si je le voulais (ce que j’ai fait!) J’ai rencontré une femme polyamoureuse qui avait sa partenaire première aussi, et nous sommes tombées follement amoureuses. La relation n’a duré que quelques mois mais je n’ai jamais regretté – je n’ai pas été dans une relation vraiment monogame depuis.

6. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez eu votre premier rapport sexuel ? Cet âge est-il typique ?

Qu’est ce qu’implique le « rapport sexe»? J’ai eu des relations sexuelles à la main et des relations sexuelles orales pour la première fois à l’âge de 15 ans, puis des relations sexuelles avec pénétration du vagin par pénis à 16 ans. C’est assez typique là où je vis – l’âge du consentement au Royaume-Uni est de 16 ans.

7. Quel est votre acte sexuel préféré?

Pour moi, il s’agit moins d’actes spécifiques que de l’intention derrière. Je suis une dominée, donc j’adore tout ce qui me met dans un rôle de soumission et me permet de satisfaire mon dominant ! Je suppose que si je devais choisir parmi les «actes sexuels» traditionnellement définis, je dirais que le sexe à la main (doigté, etc.) est ce que je préfère.

8. Votre site Web s’appelle Coffee and Kink … alors quel est votre kink préféré et votre café préféré ??

Mon kink numéro un est le contrôle de l’orgasme, en particulier le déni de l’orgasme, l’edging *, le jeu de chasteté, etc. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est juste Mon Truc.

* Edging = Amener quelqu’un ou vous-même au bord de l’orgasme puis s’arrêter, avant de répéter le processus.

Mon café préféré est le Raven’s Brew, le paradis des liquides d’Alaska. Vous ne pouvez pas l’acheter au Royaume-Uni sauf en payant une fortune absolue via Amazon, donc si des Nord-Américains lisent ceci et peuvent me trouver un plan….?

9. Pouvez-vous nous donner 3 à 5 de vos marques ou produits britanniques préférés?

Ooh, j’adore cette question!

Doxy – la meilleure version au Royaume-Uni de la Baguette Magique Hitachi. Doxy est basé à Cornwall et ils fabriquent ce que je crois fermement être les meilleurs jouets sexuels au monde.

Godemiche. Le couple marié Adam et Monika fabrique les plus beaux et le plus originaux sextoys en silicone dans une déclinaison infinie de couleurs et de motifs. Je possède plus de leurs produits que je ne devrais probablement l’admettre! 😉

Hot Octopuss. Cette société a commencé à fabriquer des sextoys basés sur la technologie médicale pour les hommes cis. Depuis, ils se sont diversifiés et ont créé une gamme d’autres jouets. Leurs produits sont toujours fantastiques et leur éthique est de premier ordre – ils luttent contre la stigmatisation sexuelle, parlent de santé mentale et utilisent un marketing non sexiste.

10. Dans quel genre de région ou de communauté habitez-vous?

Je vis dans une petite ville d’Angleterre.

11. Dans quelle mesure la personne lambda de votre région est-elle ouverte à parler de sexe?

Rho mon dieu, pas du tout! Le stéréotype de la pudibonderie britannique est asse vrai ici. La ville où je vis est bleue de chez bleu (c’est-à-dire conservatrice, l’équivalent de la droite en France) et cela se voit vraiment, vraiment.

12. Les relations non monogames sont-elles considérées comme socialement acceptables?

Pas vraiment. Elles sont un peu plus acceptées dans certaines des plus grandes villes et / ou dans les villes libérales du Royaume-Uni – des endroits comme Manchester, Bristol, Brighton, certaines parties de Londres. Mais pas dans la plupart des villes du Royaume-Uni, et certainement pas là où je vis.

13. Quel niveau de tolérance existe-t-il pour les différentes orientations sexuelles?

Cela varie. Le Royaume-Uni n’est pas terrible en ce qui concerne les droits des LGBTQ – nous avons des lois anti-discrimination, le mariage homosexuel, etc. Mais en réalité, bien sûr, la haine et la discrimination existent toujours et nous avions une législation anti-LGBTQ aussi récemment qu’en 2003 (l’horrible article 28.) Il y a des endroits au Royaume-Uni où c’est facile d’être ouvertement LGBTQ +, et des endroits où ça l’est beaucoup moins. Je n’ai pas fait mon coming out dans la ville où je vis car je ne me sentirais pas en sécurité.

14. Le harcèlement sexuel est-il courant dans votre communauté?

Énormément, malheureusement. Des choses comme les sifflements dans la rue sont encore assez normalisées, et j’ai été harcelée sexuellement partout, des bars aux trains en passant par le lieu de travail et en ligne. Malheureusement, je pense qu’il existe encore une attitude du «les garçons seront toujours des garçons» qui demande aux femmes d’éviter le harcèlement plutôt que de tenir les hommes responsables de leur perpétuation.

15. Au Royaume-Uni, pensez-vous qu’il existe une différence d’attitude sexuelle entre les sexes?

Malheureusement, oui. Nous sommes nourris de rôles sexuels préjudiciables dès notre plus jeune âge dans notre culture – ce qui, je pense, est vrai dans une grande partie du monde. Le récit «les hommes poursuivent, les femmes sont poursuivies» est vraiment omniprésent lorsqu’il s’agit de sortir ensemble ici. De même, le complexe « Madonna ou pute» (selon lequel une femme est l’une ou l’autre, jamais rien d’autre) a encore beaucoup d’influence ici.

16. Qu’est-ce qui devrait changer dans les attitudes sexuelles en Grande-Bretagne?

Je pense honnêtement que nous devrions tous simplement dédramatiser le sexe. Notre société est encore si pudique à bien des égards, ou du moins nous prétendons l’être. J’aimerais voir les gens se rendre compte que le sexe peut être beaucoup de choses – aimant, amusant, ludique, exploratoire, significatif, dénué de sens, décontracté, sérieux, monogame, non monogame – et que tout est génial tant que tout est consensuel.

17. Voyez-vous plus de blogueurs sexuels d’un sexe que d’un autre en Grande-Bretagne? Avez-vous des théories sur pourquoi?

Je pense qu’il y a plus de blogueuses sexuelles femmes cis que tout autre sexe, pas seulement au Royaume-Uni mais partout. Cependant, je connais aussi pas mal de blogueurs non binaires * et trans, et quelques hommes cis qui le font aussi. Je ne sais pas pourquoi – si quelqu’un a une réponse, je prends !

18. Tous les lieux au Royaume-Uni partagent-ils le même type de libération sexuelle?

Définitivement non. Nous avons des zones très libérales et des zones très conservatrices *. La plupart se trouvent quelque part au milieu de ce spectre, mais la différence peut être vraiment perceptible d’une région à l’autre.

19. A votre avis, quels sont les endroits les plus romantiques de Grande-Bretagne pour les étrangers?

Oxford. C’est tout simplement la plus belle ville du monde à mon avis. Édimbourg, Cornwall, le Lake District et les Highlands écossais sont également de sérieux prétendants.

20. Où voudriez-vous vivre si vous n’étiez pas au Royaume-Uni?

Au Canada s’il vous plaît! Même si l’Italie a aussi un certain attrait …

21. Avez-vous déjà fréquenté un/une Français/e ou quelqu’un d’une autre nationalité? Y avait-il de grandes différence d’opinion entre vous?

Je n’ai jamais fréquenté de Français! J’ai eu un petit ami américain pendant plusieurs années. Nous avions des attitudes très différentes à l’égard de choses comme les rôles de genre et la structure des relations, c’est en partie pour ça que la relation n’a pas duré.

22. Pensez-vous que les étrangers pourraient avoir des idées fausses sur les Britanniques en ce qui concerne le sexe et la romance?

Je pense qu’il y a parfois un stéréotype selon lequel les femmes britanniques n’aiment pas le sexe – tout le truc «se coucher et penser à l’Angleterre» *, sans parler du cliché « pas ce soir, j’ai mal à la tête ». Les femmes britanniques, comme toutes les autres, ont des intérêts variés pour les choses du sexe. Si nous hésitons à l’admettre et à en parler, ce n’est pas parce que nous ne sommes pas intéressées. C’est parce que nous sommes toujours élevées avec des conneries du genre «les bonnes filles ne parlent pas de ces choses-là» .

* Allongez-vous et pensez à l’Angleterre = Une phrase courante souvent utilisée pour plaisanter. Cela signifie pour une femme de s’allonger et d’avoir des relations sexuelles, même si elle ne veut pas, pour peupler l’empire britannique

23. Que pensez-vous que les Français devraient savoir sur les rencontres avec les Britanniques?

Que nous ne sommes pas un monolithe. Pour tous ceux que vous rencontrez et qui confirment un stéréotype que vous tenez sur les Britanniques, vous en rencontrerez dix autres qui le contrediront totalement..

24. Que pensez-vous de l’accent français? Et à votre avis, que pensent les Français de l’accent britannique?

Y a-t-il UN accent français? Il n’existe certainement pas un seul accent britannique – il peut changer considérablement entre deux villes relativement proches. J’ai du mal à imaginer qu’il n’y a qu’un seul accent français.

Cela dit, je trouve que le son de la langue française est très sexy, même si les seuls mots que je connais sont « bonjour », « au revoir », « s’il vous plaît », « merci », et « café ».

25. Pouvez-vous donner à nos lecteurs français une expression anglaise à apprendre? Amusant, grossière, sexy, profonde … tout ce que vous voulez!

Wank est un mot britannique génial et polyvalent!

-To wank (verbe) – se branler ( “I like to wank before bed” : j’aime me branler avant de me coucher)
-A wank (nom) – séance de masturbation ( « I’m going to have a wank » : je suis parti pour une petite masturbation)
-Wank (adjectif) – mauvais ou terrible (« that film was total wank » : ce film était vraiment pourri)
-A wanker (substantif) – personne désagréable ou ennuyeuse (« he’s such a wanker ! » : c’est vraiment un con !)

What is your reaction?

Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 19 =